Share this project

Done

Share this project

Done
Un documentaire-chorale à vif et intimiste donnant la parole à différentes parties prenantes de la migration forcée.
Un documentaire-chorale à vif et intimiste donnant la parole à différentes parties prenantes de la migration forcée.
Created by
70 backers pledged €6,870 to help bring this project to life.

About

€6,870

70

Grand H Grand H(umanité) est un DOCUMENTAIRE écrit et réalisé par Frédérique Buck (tournage janvier et février 2018) avec Olivier Koos (olivierkoos.lu) à la caméra.

Le contexte dans lequel s’insère Grand H

Deux ans après ce que l’on appelle communément « l’afflux migratoire exceptionnel » de 2015, alors que la question des migrations continue de diviser l’Europe, les partis politiques, les citoyens, les humains alors que l’UE forteresse s’installe, alors qu’on nous dit qu’il faut choisir entre les bons migrants et les mauvais migrants car « nous ne pouvons accueillir toute la misère du monde », que les noyades en Mer Méditerranée continuent, alors que le regard du grand public - lassé sans doute - se détourne, les demandeurs d’asile, les réfugiés, mais aussi certains humains issus de la société civile, des ong’s, fonctionnaires, enseignants, professionnels ou même politiques, continuent leur combat. 

  Que leur quotidien soit semé d’obstacles légaux, d’aberrations administratives, d’expulsions de leurs protégés, de barrages et coups bas politiques, de violences psychologiques émotionnelles inhérentes au « système », inhérent à la politique migratoire qui traite des numéros et non des humains, ils résistent. Chacun à sa manière, à l’ombre ou à découvert. Pour eux et au nom des personnes qu’ils soutiennent ou des idéaux qu’ils défendent, ployer n’est pas une option. Tous des coureurs de fond, tous cherchent l’Humanité.

Je m’intéresse à et travaille sur des questions liées à la migration (forcée) depuis deux ans. J’ai lancé la campagne de sensibilisation grand public « I’m not a refugee » en mars 2016. J’ai durant 18 mois interviewé, écouté et donné la parole à vingt demandeurs et bénéficiaires de protection internationale. Parallèlement, j’ai co-fondé différentes initiatives actives tant dans l’accueil que l’intégration de personnes déplacées. Je pense très bien connaître cet univers complexe souvent violent et déshumanisant fait de numéros de dossiers, de procédures légales, administratives, de lois qui souvent heurtent et même brisent les individus concernés. Les difficultés que rencontrent les demandeurs et bénéficiaires de protection internationale sont multiples et multisectorielles : la durée des procédures d’obtention de statut de réfugié qui minent l’individu, le refus de dépôt de cette demande (les personnes « dublinées »), le refus de cette protection avec les retours forcés (la distinction entre « vrais » réfugiés et migrants dits « économiques, structurels »), les conditions de vie très difficiles des réfugiés dans les foyers d’accueil, la recherche désespérée d’un logement, d’un emploi, sans oublier le mal du pays, l’isolement affectif et social. A l’inverse de « I’m not a refugee » qui laissait parler les personnes déplacées, mon documentaire propose un angle, un éclairage différent : le regard, le ressenti des personnes qui accompagnent les personnes déplacées. Grand H propose, à partir d’interviews filmées étendues dont nous sélectionneront des parties au montage afin de construire un narratif rythmé, de donner la parole à - des citoyens très engagés (je ne parle pas de personnes qui déposent des vêtements dans un foyer, mais de personnes qui ont accueilli un demandeur d’asile dans leur domicile (le geste total en matière d’engagement citoyen). Ces personnes vont raconter leur expérience d’accueil de leur protégé dans leur maison, leur motivations, leurs « limites », leurs déceptions par rapport au système, mais aussi les belles histoires. - des professionnels de la société civile (enseignante, psychologue, juriste, avocat et activistes) que je connais très bien et dont l’engagement dépasse de loin les heures de travail, mais aussi l’implication personnelle usuelles. Ces personnes vont tour à tour raconter leur quotidien, leur travail sur le terrain, mais surtout leur ressenti par rapport à la violence du système inhérent à la politique migratoire, leur manière de se protéger (ou non), leur désillusion, leur combat pour chercher jour après jour l’Humanité, leur relation au système. - Jean Asselborn qui incarne ce « système », qui représente la politique migratoire luxbg. répondra via mon interview justement à ces interrogations de société civile et des personnes du terrain. Nous comprendrons que la thématique n’est pas noire ni blanche, mais infiniment complexe. Les paroles, ressentis, combat de ces citoyens et professionnels seront mises en perspective et décryptés par Abdu Gnaba, anthropologue.

Pourquoi cet angle ? 

Bien souvent, les personnes engagées dans les questions liées à la migration, surtout depuis 2015, sont catégorisées de « Gutmenschen ». Mon film entend démystifier ce terme, montrer que les personnes vraiment engagées sont très loin du cliché. Montrer que leur engagement est nécessaire car le système est imparfait (forcément). L’angle n’est pas de les « caresser », de les glorifier, mais de les révéler via un entretien intime allant à la vérité, à la source de leur engagement. Cela fait deux ans que je les suis, les observe, les accompagne aussi parfois. Infatigables, avançant sans filet, sans protection, sans certitudes à part peut-être celle qu’un monde meilleur est possible. Alors qui sont ces personnes qui forgent la cohésion sociale et qui pourtant, souvent et d’une manière un peu facile, sont cataloguées comme illuminées, naïves ? Qui sont-elles ? Que cherchent-elles? Pourquoi s’engagent-elles ? Quelles sont leurs blessures, leurs déceptions, leurs limites ? Quelles sont leurs armes ? Qu’est-ce qui les nourrit ? Qu’est-ce qui fait qu’elles se relèvent tous les matins après s’être couchées essoufflées, abimées ?

Une interrogation

Le film aborde le conflit entre le « système » - la politique migratoire et sa gouvernance – et l’Humanité comme une interrogation. La question de l'humanité dans les questions de migration est une question essentielle, éminemment citoyenne, européenne. A l’aube d’une fermeture progressive de l’Europe au migrants, du déploiement de politiques d’extrême droite (Hongrie, Pologne, Autriche) et d’une restriction du droit d’asile, cette question est centrale. Une question qui concerne chacun d'entre nous, mais qui aussi concerne aussi le narratif de l'Union européenne, déjà très amoché. Une question qui est donc d'une actualité pressante et qui reste incontournable, sachant que les migrations vont s'intensifier dans les années à venir, lors que l’Europe se referme progressivement. 

 Un documentaire à portée européenne 

Le documentaire s'adresse au grand public luxembourgeois, européen. Si l'éclairage est fait sur la situation au Luxembourg, celle-ci est extrapolable à tous les pays européens puisque tous les pays membres de l'UE appliquent plus ou moins la même politique migratoire, avec les mêmes « dommages collatéraux ». Cette thématique européenne facilitera la distribution du film en Europe. 

 Un film engagé 

Il s’agit d’un documentaire engagé, répondant à une question essentielle « Comment concilier politique migratoire et Humanité ? » et d’une actualité très pressante dans la mesure où récemment, de nombreuses familles albanaises ont été déboutées de leur droit s’asile et renvoyées avec leurs enfants scolarisés ( !) dans leur pays d’origine, de nombreuses familles iraquiennes ont été refusées, de jeunes africains que nous suivons sont déboutés de leur droit d’asile malgré des efforts d’intégration exceptionnels (tentative de suicide de l’un deux fin décembre), que des africains « dublinés » qui ont vécu l’enfer en Lybie sont refusés. Ces drames ont déclenché des réactions d’indignation importantes de la part de citoyens et professionnels engagés sur ces dossiers dont moi. Les femmes et les hommes que j’interviewerai sont tous aujourd’hui fortement indignés, au fil du rasoir. C’est pour cela que le tournage des interviews sera réalisé aussi rapidement que possible. Ce sont des interviews à vif, à chaud.

Grand H donnera ainsi la parole à 

Marianne Donven (Hariko-Croix Rouge), Martine Neyen (citoyenne engagée), Dolfie Fischbach (citoyenne engageée via OH Open-Home), Claudie Reyland (citoyenne engageée via OH Open-Home) , Salam Jabbar -Iraquien DPI-refus/attente, DeeDee Ostrovska-Abdulhusein (Sportunity asbl), Li Schiltz (Catch a Smile asbl), Michel Reckinger (employeur ayant accueilli un apprenti dpi/bpi afghan), Cassie Adelaide (Passerell asbl/Pink Paper), Paul Hentgen (psychiatre), Franck Wies (avocat),  Karolina Markiewizc (enseignante de classe d’accueil, artiste et réalisatrice) & une dame dpi des Balkans ou personne « dublinée ».

Avec les regards d'Abdu Gnaba (anthropologe) et Laurence Bervard (journaliste Reporter) et la participation de Jean Asselborn, Ministre des Affaires étrangères.

Un documentaire-chorale

A chacun(e) - environ 10-15 intervenant-e-s - l’auteur-réalisateur propose via une interview de livrer à vif ses sentiments, ses expériences - belles ou douloureuses - en aparté dans un studio de fortune. En toute honnêteté et sans fard. La grande question étant : Comment/Est-il possible de concilier une politique migratoire "rationnelle" et l’Humanité? A chacun(e), de livrer sa colère, son indignation, ses peurs, ses limites, ses espoirs, ses échecs, ses fulgurances mais aussi son émerveillement (car oui, car les belles histoires existent aussi). Ses séquences intimes (des extraits) seront ensuite montées, juxtaposées en un film-chorale de 40 minutes. 

Le film interroge

2 ans après ce qu’on appelle "l'afflux massif de réfugiés" en Europe, il n'est pas possible de résumer quoi que ce soit tant la thématique est kaléidoscopique et complexe. En ce qui concerne la migration, il n'y a pas une vérité mais autant de vérités que d'humains impliqués, que d'histoires individuelles. Pour les uns, l'arrivée en Europe a marqué un nouveau début qui s'annonce positif, pour les autres, c'est le parcours du combattant même après l'obtention des papiers. Certains se voient refuser le statut de protection internationale et là c'est le déchirement tant pour les personnes concernées que pour les citoyens qui se sont engagés pour ces personnes. Aujourd’hui, la procédure d’obtention de statut de réfugié est un outil désuet qui n’est pas adapté aux raisons migratoires du 21e siècle, il le sera davantage encore demain avec le changement climatique. Pour les citoyens engagés, le chemin parcouru est marqué d'un élan remarquable mais quelles sont leurs blessures, leurs déceptions par rapport au système souvent ressenti comme profondément injuste et violent? Comment vivent-ils ceci? Pourquoi s'engagent-ils? Nous sommes nombreux à chercher l'Humanité dans ce système, chacun à sa manière. La grande question étant : Comment concilier une politique migratoire "rationnelle" et l’Humanité? Les professionnels (avocats, psys, fonctionnaires) aussi passent par différents stades d'incompréhension, de lutte, de résignation(?). Pour les politiques, et notamment le Ministre des Affaires étrangères Jean Asselborn qui a accepté de se livrer, cette "crise" constitue un défi quasi impossible à remporter: face à une opinion publique très souvent défavorable à l'accueil des migrants, face à la montée des nationalismes, à l'éclatement de l'UE, face aux critères d'obtention de la protection internationale relatifs à la Convention de Genêve excluant quasi de fait les réfugiés "structurels, économiques , comment naviguer en maintenant l'Humanité, en Europe, au Luxembourg? 

En ligne avec la thématique du film, nous avons opté pour un financement partiel citoyen, le crowdfunding. Aussi, nous vous invitons le grand public mais aussi des organisations/entreprises/associations à soutenir ce projet dont la vocation est la cohésion sociale. 

Risks and challenges

Acune difficulté particulière à part le financement.

Learn about accountability on Kickstarter

Questions about this project? Check out the FAQ

Support

  1. Select this reward

    Pledge €25 or more About $28

    Affiche

    Affiche du documentaire

    Less
    Estimated delivery
    0 backers
    Kickstarter is not a store.

    It's a way to bring creative projects to life.

    Learn more about accountability.
  2. Select this reward

    Pledge €50 or more About $57

    Invitation

    Invitation à la projection du film pour deux personnes

    Less
    Estimated delivery
    42 backers
    Kickstarter is not a store.

    It's a way to bring creative projects to life.

    Learn more about accountability.
  3. Select this reward

    Pledge €150 or more About $170

    Invitation & Générique

    Invitation à la projection du film (2 personnes) & nomination au générique du film

    Less
    Estimated delivery
    11 backers
    Kickstarter is not a store.

    It's a way to bring creative projects to life.

    Learn more about accountability.
  4. Select this reward

    Pledge €300 or more About $340

    Affiche, Invitation & Générique & Dîner

    Invitation à la projection du film (2 personnes) & nomination au générique du film & invitation à un dîner avec l'ensemble des protagonistes du documentaire!

    Less
    Estimated delivery
    5 backers
    Kickstarter is not a store.

    It's a way to bring creative projects to life.

    Learn more about accountability.

Funding period

- (46 days)